BRUNO LEYVAL

FLUX RSS

21.11.2019 // L'oppression d'un peuple ou même d'un simple individu est l'oppression de tous et l'on ne peut violer la liberté d'un seul sans violer la liberté de chacun - Mikhaïl Bakounine


16.11.2019 // Un an de lutte malgré la propagande et la violence d'état, les récupérations, les infiltrations, les discordes arrivistes, la calomnie, la diabolisation, les dérives médiatiques... Les derniers de cordée toujours debout !


30.10.2019 // Doit-ton interdire à quelqu’un de s’exprimer sous prétexte que ses idées et son discours sont rances ? Museler quelqu’un, le blacklister et lui interdire toute tribune ne serait-il pas un échec, une bataille perdue sur le long terme, une forme de violence qui intervient quand il n’y a plus d’arguments. Combattre des idées par d’autres idées, une possibilité qui évite la victimisation de l’obscur, l’idolâtrie des adeptes et autres complotistes… À la dangerosité des idéologies, aux discours conservateurs, aux protectionnistes d’un autre âge, opposons des idées et des valeurs profondes. Face à l’ignominie, combattons les causes et les conditions qui les engendrent. Pendant qu’ils construisent l’horreur, sommes-nous à courts d’arguments et de penseurs ?
La liberté d’expression ne mérite-t-elle pas mieux qu’une simple répression ?


02.10.2019 // Le plasticien et activiste Gustav Metzger qui nous a quittés le 1er mars 2017, théoricien de l’art autodestructif, a toujours refusé de vendre ses œuvres et, de 1977 à 1980, il entame même une « grève de l’art » où il se refuse à produire quoi que ce soit pendant 3 ans. La vente de mes oeuvres a toujours été un acte compliqué pour moi (ce qui explique sa rareté), non pas que je sois sentimental ou matérialiste – je n’attache aucune importance à la préservation de ma « production », cela relève plus de l’engagement, du sens que je souhaite donner à mon travail, de ma liberté de créer et du refus de prendre part à la « machinerie publicitaire du monde de l’art » chère à Gustav Metzger.
Production, justement ! Produire ! Produire et non créer ! Voilà mon problème avec le monde de l’art : réduire l’œuvre à un bien consommable.


24.09.2019 // Les médias du spectacle diffusent 24/24 une représentation de la réalité savamment orchestrée qui, peu à peu, aboutit à un constant désordre mental dans notre rapport avec le réel. La dissociation entre l’image d’une action et l’action elle-même est gangrenée. Le spectateur ne se contente plus des faits réels, il préfère basculer dans une hyperréalité, plus attractive et fantasmée.


01.09.2019 // Nous sommes dans une société dont le fonctionnement est ancré sur un modèle capitaliste à court terme, alors qu’elle doit faire face à des enjeux majeurs qui eux, s’étalent sur le long terme. La rentabilité instantanée est destructrice de tout avenir.